Méditerranée capricieuse

cosmovision.com

cosmovision.com

 

La mer Méditerranée est capricieuse. Mer d’huile, lisse où la lumière aveugle les marins qui désespèrent de voir les voiles se gonfler, elle peut se transformer en vieille folle, remontée à bloc avec des rafales de vent dignes de la mer d’Irlande. Imprévisible comme les terres qui la bordent et les peuples qui y vivent. Y compris les créatures qu’elle abrite et qui intriguent les scientifiques. Même le totem « olivier » qui reste l’arbre emblématique nous interroge sur ses origines et ses migrations.
Autre spécificité : les îles. Des milliers, certains en recensent 5 000. Insularité et singularité. Au moment où les eaux sont montées voilà plusieurs dizaines de milliers d’années, des créatures se sont retrouvées piégées et ont du s’adapter. A Malte, on retrouve des restes d’éléphants et de girafes nains plus adaptés à la végétation. A Chypre, l’hippopotame avait la taille d’un cochon. Pour les hommes pas d’évolution physiologique grâce aux techniques de la navigation même sommaires qui permettaient d’assurer le brassage nécessaire mais les cultures et les religions y ont été très longtemps très spécifiques.
De la préhistoire avec ses sanctuaires mégalithiques maltais très anciens en passant par les puissantes civilisations de l’Egypte, de la Grèce, de la Crète, de Rome, de Byzance …. Le berceau des sociétés occidentales est bien ici sans conteste.
De part et autre de ses rives, une chose est certaine, les Hommes ont un même héritage, une certaine cohérence, un même cheminement culturel.
Cette région du monde est à la croisée (encore) de son histoire. Des enjeux colossaux attendent les méditerranéens. Des affrontements militaires se poursuivent, les conséquences d’un climat changeant sont palpables et le manque d’eau crucial, les effets dévastateurs d’une surpopulation manifeste entraînent des désordres sociaux et environnementaux importants. Tout ça s’appuyant sur des bases conservatrices, culturelles et religieuses qui freinent le développement et l’ouverture et qui ont généré les révoltes de 2011 dans beaucoup de pays mettant en lumière une jeunesse désabusée. Dans cette poudrière, jamais réellement éteinte, sont nées les plus belles histoires de l’humanité construites sur le savoir, la tolérance, la poésie, la littérature, l’architecture et l’art de vivre.
Il n’y a pas d’autres choix, une nouvelle page doit s’écrire sans attendre et elle sera passionnante n’en déplaise aux conservateurs de tout poil qui ont peur de ce mouvement inexorable.

XPB

.

Publicités