Bouleversement dans les céréales

Pluviométrie Australie

Pluviométrie Australie

Les japonais s’inquiètent pour leur sanuki udon (plat traditionnel composé de nouilles fabriquées avec une variété de blé très spécifique produite en Australie). Dans ce pays, les investissements massifs dans les terres agricoles réalisées – entre autres – par les chinois ont bousculé la donne de la production de blé dans le monde. L’Australie est le troisième exportateur de blé dans le monde (après les USA et l’UE) et pour fabriquer ces fameuses nouilles, le Japon est le deuxième client de ce pays continent. L’arrivée massive d’investisseurs chinois et de la demande en croissance permanente de ce géant continue à configurer la production de cette céréale à la demande chinoise, bien moins exigeante à la qualité que son voisin nippon.

En 2012, un consortium chinois a acquis près de 23 000 ha de très bonnes terres arables et poursuit ses recherches de terres à vendre ou à louer pour ainsi créer sa propre filière. Et ce n’est qu’un exemple de l’appétit gargantuesque chinois. Les  mêmes démarches sont observées un peu partout en Australie et ailleurs dans le monde pour tous types de productions. Les gouvernements ne voient pas tous d’un mauvais œil ces nouveaux investissements en agriculture. Même en Australie, l’absence d’infrastructures : accès, irrigation, etc. est importante et les accords bilatéraux entre les deux grands pays vont permettre la mise en culture de très grands espaces jusqu’à présent vierges de toutes exploitations agricoles. Comme l’avait fait en son temps le Japon avec ses investissements massifs pour le développement des matières premières minières, la Chine réaliserait – finalement – la même chose pour les productions agricoles.

Le sanuki udon devra peut-être un jour changer d’ingrédients à moins que le Japon ne s’adresse à d’autres pays producteurs. Cet exemple est intéressant d’un point de vue géostratégique et sur la transformation rapide de l’agriculture dans certaines régions du monde. La course à l’autonomie alimentaire que se sont donnée tous ces grands pays émergeants est sans aucun doute en train de chambarder les grands équilibres mondiaux de productions de céréales.

 

XPB

 

 

Publicités