Indépendance catalane

Catalogne

Catalogne

Beaucoup de mes amis ont traversé la Catalogne cet été. Certains  ont passé des vacances sur la Costa Brava d’autres sont allés plus au sud. Parmi eux, certains ont lu et entendu les velléités du peuple catalan (cf. chaîne humaine dernièrement) à obtenir une indépendance totale de la Catalogne. A leur retour, ils m’ont fait part de leur questionnement parfois de leur incompréhension.

Je n’ai aucune prétention d’explications sur ce sujet complexe. La seule chose que je sais réside dans les bribes d’histoire d’Espagne que mes parents m’ont laissés. Le franquisme a littéralement étouffé ces Régions de l’Est de la péninsule. On ne parlait plus le valencien ou le catalan à l’école, les représailles envers ces régions belliqueuses mais surtout très résistantes au franquisme ont coûté cher à ces peuples. On peut comprendre cette volonté d’affranchissement de prime abord comme le revendique aussi (parfois de manière plus violente) le pays basque si on ne retient que l’histoire. Mais à ces faits sont venus se greffer des prétextes économiques et sociaux. Le dynamisme économique de la Catalogne est une réalité même si aujourd’hui le coup de massue est tout aussi cruel pour elle. La langue très spécifique est parlée par quasiment 10 millions de personnes (sans parler du valencien qui ressemble beaucoup au catalan) bien plus qu’au Danemark si on ne regarde qu’en Europe. Rajouter à tout cela, le sentiment de « vache à lait » de l’Espagne puisque cette Région contribuerait plus – au niveau fiscal – qu’elle ne reçoit de l’Etat central. Oui, tout cela pourrait expliquer le cheminement vers l’indépendance. Mais pourtant, je suis toujours étonné de voir que la Région de Valencia reste silencieuse à ce sujet. Etonné de voir comment les Catalans tournent parfois à la haine les relations avec leurs frères ibères. Frères, bien évidemment, puisque des pans entiers de leur histoire sont communs, le brassage a été très important et les liens culturels et économiques sont très forts. Incompréhensibles aussi de voir la Catalogne française très discrète à ce sujet. Quand vous allez dans les rues de Perpignan ou de Céret, la langue catalane n’est pratiquée que par une petite minorité. Les jeunes partent étudier à Montpellier ou à Toulouse, très peu à Barcelone. Certes, notre histoire très jacobine a étouffé le régionalisme en France. Enfin, un peu d’humour, imaginons un championnat de foot où les stars du Barça affronteraient les modestes clubs de Tarragone ou de Lléida ….. J’ai lu une interview de Felipe Gonzalez à ce sujet, pour les gens de mon âge, ce Président du gouvernement espagnol a été le synonyme du renouveau espagnol. Les paroles de sagesse de cet homme d’Etat sont souvent reprises dans les médias espagnols. Pour lui, il n’y a aucune ambiguïté, l’indépendance de la Catalogne est un objectif impossible. Elle représente même une fracture politique et sociale de grande ampleur. Felipe Gonzalez rajoute aussi que seul le fédéralisme est une réponse adaptée aux Régions qui revendiquent leur indépendance.

L’Europe est un continent curieux à ce sujet : l’Ecosse, la Wallonie, la Catalogne demandent leur indépendance pendant que le Kosovo lui réclame un rattachement à l’Albanie ….

Il me faut avouer que je n’ai pas vraiment d’avis clair à ce sujet. Les peuples doivent aspirer à ce qui leur paraît être le plus cohérent pour eux mais au fond de moi je pense ce détachement serait une perte importante et une vraie cassure de l’unité espagnole à un moment où le pays traverse très difficilement une crise sans précédent.

XPB

Publicités