Pour un projet de développement de l’économie maritime en Méditerranée

transport maritime

Il doit exister des centaines d’initiatives originales pour essayer de sortir du marasme les pays de l’Europe méditerranéenne. Pour une fois, je relève le terme de « troïka » pour parler de projet de croissance. Dernièrement, la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la Commission Européenne et l’Organisation Maritime Internationale (OMI) ont dessiné un projet d’avenir autour des transports maritimes en Méditerranée en s’appuyant sur le positionnement stratégique de la Grèce et son énorme savoir-faire dans ce domaine. Même en période de crise, on note une croissance importante des trafics maritimes en Méditerranée et une augmentation de l’ordre de 6 % dans les années à venir. Des investissements stratégiques, innovants et importants doivent avoir lieu dans les domaines du transport, de la pêche, des croisières et du tourisme et plus particulièrement dans les ports et dans leur capacité à accueillir de gros navires. On peut imaginer tous les emplois directs et indirects de liés à ces investissements : sécurité, environnement, services, formation, etc. Ces infrastructures doivent bénéficier de la bonne santé économique des pays autour de la mer noire et surtout de la Turquie qui devient un poids lourd économique et politique de l’Est de la Méditerranée.

Je tiens à souligner l’importance de cette initiative et entendre, enfin, que les pays du Sud ne devront pas développer leur économie sur l’huile d’olive et le tourisme de masse. Il convient, maintenant, de voir les faits. De la même façon que la BEI a su investir sur le port de Tanger Med sur lequel on voit concrètement des créations de richesses et d’emplois, il manque des actes forts dans ce domaine sur les rives européennes.

Un seul bémol, cependant, cette rencontre a demandé à l’Union pour la Méditerranée (UpM) d’initier et de porter ce projet. On connaît malheureusement l’inertie de cette organisation, à l’origine porteuse d’espoir, mais aujourd’hui gelée dans ses initiatives à cause des problèmes géopolitiques (conflit israélo-palestinien, guerre en Syrie, instabilité dans les pays arabes ….) et un manque de lisibilité dans les interventions européennes dans cette organisation.

XP

Publicités