C’est quoi un « ESCRACHE »

escrache

 

Prononcé à la française, ça ressemble au scratch mais rien à voir avec le velcro ou une technique de hip hop. Avec un petit effort de prononciation espagnole on dit « escratché » et c’est malheureusement plus sérieux.

Tout a commencé en Argentine dans les années 90, il s’agissait de regroupement de personnes qui militaient pour les droits de l’homme qui dénonçaient les libérations et les amnisties du Président Menem aux criminels de la dictature. Ces groupes se rassemblaient pacifiquement au domicile ou sur le lieu de travail des élus pour dénoncer ces actes.

Au Chili, on appelle ces regroupements FUNA ou encore ROCHE au Pérou.

Depuis quelques semaines, les Espagnols ont adopté cette forme de manifestation pour dénoncer les expulsions massives des personnes qui n’arrivent plus à payer leur logement.

Le gouvernement conservateur espagnol vient d’annoncer des mesures pour contrer les « escraches », on a même entendu des propos de María Dolore de Cospedal, la numéro 2 du Parti Populaire parler de « nazisme ».

Les tensions sont fortes en Espagne et les affrontements ne vont cesser dans un pays étranglé par le chômage, la crise et donc les expulsions de milliers de petits propriétaires.

Les « escraches » ne sont là que pour manifester ce trop plein de misères. Certes, ils s’adressent directement aux élus, devant chez eux, à l’arrivée des trains, devant leurs bureaux avec tous les débordements que cela risque d’entraîner sur des représentants démocratiquement élus. Pour en arriver à ce stade, ces hommes et ces femmes n’ont plus d’autre choix pour protéger un bien précieux pour une famille : le foyer.

Comme le disait JL Sampedro, il est temps de faire une pose et de réfléchir. Une pose pour stopper ces expulsions et apaiser un peuple en souffrance. Mais surtout sortir du tout répressif et d’une austérité assassine qui n’aboutit à rien si ce n’est vider le pays de ses forces vives et expulser des milliers de gens. La dimension politique (au sens premier et le plus noble du terme) est malheureusement totalement exclue dans ces politiques infligées à l’Espagne.

 

XP

 

 

 

 

 

 

 

Publicités