Panem et circenses II

Décidément deux mille ans plus tard, Juvénal reste toujours d’actualité. Après le foot en Espagne, voilà les jeux de hasard arriver en force sur la péninsule, pas pour amuser le peuple mais pour leur promettre du pain.

Eurovegas. Une appellation qui est claire.

las vegas

Qui sait aujourd’hui que Las Vegas aux Etats Unis n’étaient qu’un lieu où les colons espagnols (encore eux) désignaient des plaines où le bétail (peu exigeant dans ces contrées désertiques) pouvait s’y installer grâce à la présence de sources et d’eau dans le sous-sol. Nous sommes à la fin du XIXème encore quelques décennies avant la ruée vers les jeux de hasard et toutes les dérives qu’on peut imaginer.

En 2016, Eurovegas devrait donc voir le jour à Alcorcón à quelques kilomètres de Madrid. Pour ne pas rester en reste, certains élus catalans pour marquer leur chemin vers l’indépendance et par réaction suite à la décision du magnat américain d’installer son parc à Alcorcón ont décidé de créer jusqu’à six parcs à thème aux alentours de Barcelone.

Les investissements pour le projet seraient de l’ordre de 17 milliards d’euros et devraient créer 250 000 emplois directs et indirects. Une manne dans ce pays en proie à une grave crise économique. On dit peu aussi qu’Adelson – le riche investisseur américain – exige un assouplissement du droit du travail, une dérogation pour fumer dans les lieux publics et une participation des banques espagnoles au moins pour le tiers des investissements. Ce sont aussi près de 1000 ha qui disparaîtront au profit d’un urbanisme qui a déjà été bien massacré dans les zones périurbaines d’Espagne.

alcorcon

Solution ou artifice ?

A première vue, qui pourrait s’opposer à ces créations d’emplois ? Personne bien sûr, la décence ne nous permet de tenir de tels propos. Mais sans rentrer sur les problèmes qui vont survenir : l’eau, la dégradation des sols, les risques de voir apparaître des réseaux mafieux, la prostitution et autres trafics de drogue, on peut légitiment se poser la question de l’intérêt économique de ces parcs à thème en Espagne et même en Europe.

Aujourd’hui, en Espagne seul le Parc de Tarragone – Port Aventura – tire son épingle du jeu, les autres parcs ont du mal à trouver leur équilibre économique. Vouloir « américaniser » le comportement des européens serait la principale erreur. Il est vrai que l’Espagne a depuis longtemps misé son développement économique sur le tourisme. Ces parcs à thème pourront sans doute trouver leur place dans ce contexte mais ce gigantisme fait penser au même gigantisme qui a enflammé l’Espagne au sujet de l’immobilier ces dernières années. Les choses ne sont pas comparables mais si le même niveau d’investissement était consenti pour la recherche, l’appui des TPE et PME et même à l’agriculture cela permettrait sans aucun doute d’asseoir plus sereinement et de manière plus durable l’économie de ce pays.

Seul le temps dira si Eurovegas et ses frères catalans auront raison des réticences exprimées.

XP

Publicités