Pain, liberté et dignité

Manifestation de la faim

Manifestation de la faim

Pain, liberté et dignité

Tel est le slogan inchangé en Egypte depuis plus de deux ans. Le regard des médias occidentaux se porte essentiellement sur l’inefficacité des « frères musulmans » et leurs  nouveaux élus mais la majorité des égyptiens est préoccupée par le prix de cette denrée de base pour des millions d’entre eux qui fait de leur pays le premier importateur mondial de blé. Depuis le changement de régime, l’inflation atteint des sommets et les denrées de base sont devenues inaccessibles. La pauvreté en Egypte concerne aujourd’hui plus de 25 % de la population.

distribution de pain en Egypte

distribution de pain en Egypte

Au niveau de l’autosuffisance alimentaire, l’Egypte présente de nombreux handicaps. La surpopulation urbaine tout au long du Nil exerce une pression de plus en plus importante sur les terres arables, la désertification, la question de la qualité de l’eau du Nil et de plus en plus on constate que sa ressource s’appauvrit, pire, les grands aménagements prévus dans les pays du sud de l’Egypte sur le Nil vont grandement compromettre l’agriculture et l’approvisionnement en eau du pays des pharaons. Rajoutons à ces plaies : les modifications climatiques, l’augmentation des températures et la spéculation internationale exercée sur le blé depuis plusieurs années maintenant.

L’Egypte n’a pas d’autres choix que d’investir massivement dans la recherche d’une agriculture compétitive adaptée aux sols et au climat aride de ce pays. Il en va de sa stabilité et plus globalement de celle du Proche-Orient dans son ensemble. De plus, les tensions qui vont naître avec l’Ethiopie et le Soudan après les importants travaux hydrauliques prévus dans ces pays vont encore déstabiliser cette partie de l’Afrique. L’Egypte est un « monstre » en puissance sur le plan démographique, 90 millions d’habitants aujourd’hui, les 120 millions sont parfaitement envisageables dans les trente prochaines années. Véritable « cocote » proche de l’explosion, la sécurité alimentaire devrait être au cœur des actions concrètes de l’aide des pays industrialisés, de la banque mondiale et autres donateurs ou bailleurs de fonds.

C’est parce que l’agriculture est le premier maillon solide de l’économie qu’on peut  envisager les autres formes de développement avec sérénité. Il faudra bien que les grands bailleurs de fonds internationaux reviennent avec force et priorité sur cette question.

XP

Publicités