Portugal : le début de la fin ?

Evora

Evora

En ce début d’année, les nouvelles mesures et restrictions budgétaires vont rentrer en application au Portugal. La hausse radicale des impôts équivaut au retrait moyen d’un mois de salaire.

Les projections sont toutes pessimistes.  Le commerce, par exemple, va reculer de 10 à 15 % par rapport à 2012 (déjà catastrophique). En 2012, l’économie portugaise a régressé de 3 %, la consommation de 2 % et le taux de chômage a atteint les 16 % de la population active. Même si les prévisionnistes (dont les ministres au pouvoir) annoncent une amélioration au deuxième semestre 2013, tous les indicateurs portent à croire que cette année sera pire.

Dans ce contexte et à l’instar de la Grèce, le pays vend ses bijoux de famille au plus offrant : les aéroports, les compagnies de transport, la télévision publique, les chantiers navals, etc. Et parmi les plus offrants, devinez ? Et oui le géant brésilien et l’Angola, la puissance montante d’Afrique australe, tous deux d’anciennes colonies du Portugal.

Drôle de revirement de situation. Que dira-t-on en France lorsque l’Algérie, les pays d’Afrique de l’Ouest, en encore les pays de l’ancienne et lointaine Indochine viendront scruter nos entreprises publiques avec envie et délectation. Ca n’arrivera pas ? En sommes-nous aussi sûrs.

Pour revenir au Portugal, des démographes ont montré qu’au rythme actuel, il n’y aurait plus un seul portugais sur ses terres au 23ème siècle. Tous partis ou morts rattrapés par la vieillesse ! Cette projection – un peu simpliste, certes – montre qu’en perdant 55 000 habitants tous les ans (moins de naissances qui ne compensent plus la mortalité et aucune arrivée d’immigrants), ce pays ne pourra plus subvenir à son renouvellement et risque de décliner. Laissant la place à une diaspora nostalgique d’un pays qu’elle ne reverra sans doute plus. On comprend les enjeux qui attendent l’Europe pour la survie d’un peuple, de son histoire, de son patrimoine et de sa culture. Si seule l’austérité et les l’économie de marché sévissent dans ces régions, il faudra s’attendre à une nouvelle configuration démographique et culturelle de notre continent.

XP

Publicités